• fr

Zone Portuaire - 68600 Volgelsheim - Tel. 03 89 72 56 00

Notre expertise au service de votre chaîne logistique

Le Port Rhénan de Colmar/Neuf-Brisach joue la carte du privé

Un mois après Mulhouse, Colmar/Neuf-Brisach change à son tour de gouvernance et cherche des partenaires privés. Pour séduire les candidats, le port rhénan offre 44 hectares de foncier et la majorité décisionnelle.

Le Petit Poucet des ports alsaciens (1,5 million de tonnes de marchandises par an) veut jouer sa carte intelligemment. Confronté, comme son grand frère mulhousien, à la fin prochaine de la concession d’exploitation à la CCI en mai 2019, Colmar-Neuf-Brisach a revu sa gouvernance et sa stratégie à long terme.

Côté gouvernance, les partenaires historiques du port fluvial ont constitué en mars 2018 un syndicat mixte ouvert (SMO) composé de Colmar Agglo, la région Grand Est, la CCI, Voies navigables de France (VNF) et la communauté de communes Pays Rhin Brisach.

Présidé par Gérard Hug, celui-ci deviendra, demain, actionnaire d’une Société d’économie mixte à opération unique (Semop), chargée de l’exploitation opérationnelle du port et ouverte au privé. Pour trouver des partenaires, le SMO a lancé hier un appel public à mise en concurrence et précisé les conditions de l’offre. La part de gâteau à saisir est importante : 51 % du capital, soit la majorité décisionnelle, ce qui « rend notre projet particulièrement intéressant » estime Jean-Claude Riedel, actuel président de l’établissement public du port rhénan.

Pour rendre la mariée encore plus belle, les membres du SMO misent sur le foncier disponible entre Fessenheim, au sud, et l’actuel port rhénan au niveau de Neuf-Brisach. Sur les 220 hectares théoriquement aménageables – ils doivent encore faire l’objet d’une étude environnementale à partir de septembre prochain – une bande de 30 hectares située le long des berges sera propriété directe de la Semop. « Avec les 14 hectares de l’actuel port rhénan, cela fait 44 hectares de foncier au bord du Rhin », précise Jean-Claude Riedel. « Il s’agit d’une surface inédite estime Gilbert Meyer, président de Colmar Agglo, selon qui « les autres possibilités de foncier dans le Haut-Rhin sont de l’ordre de 4 à 5 hectares, disséminés par-ci par-là. Or nous avons contacts avec des entreprises qui cherchent 10 à 20 hectares. »

En termes de stratégie, point de concurrence avec Mulhouse ou Strasbourg : « On va développer ce qu’on fait déjà » résume Gérard Hug. Colmar mise notamment sur le vrac et sur son point fort, le transport de colis lourds et semi-lourds. «General Electric souhaite faire transiter ses turbines de 430 tonnes par la voie la plus directe possible de Belfort à Colmar, rappelle Gérard Hug. Dans la foulée de cette annonce, le port de Strasbourg a décidé de démanteler ses équipements dédiés aux colis lourds. À nous d’accueillir ce marché et de faire de notre port un hub pour les colis lourds. »

Les investissements à réaliser sont considérables : de l’ordre de 58,3 millions d’euros, principalement pour l’aménagement du port existant (16,3 millions d’euros) et pour celui de la zone vierge dite BNHG au sud du port. Un terminal pour les colis lourds est également prévu (10 millions d’euros).

VNF

Port rhenan colmar

Retrouvez toutes les actualités des voies navigables de France

voir le site

Météo

Nous trouver

en savoir plus